ERNST MACH

LA CONNAISSSANCE ET L'ERREUR

traduction de Marcel DUFOUR

Ce volume a été établi à partir de l'édition Ernest Flammarion, 1919

Mise sur le réseau Internet
de la première édition : mai 1997
de la présente édition : mars 2001

ISBN : 2-910243-16-8
Publication communiquée au Dépôt Légal et à la B.N.F, mas 2001
Copyright de la présente édition, éditions VIGDOR, 2001


ce livre est disponible gratuitement au format pdf auprès des

Retour au sommaire du site

 

 

 

TABLE DES MATIÈRES

Avant-Propos du traducteur

Préface

Chapitre I. - Science st Philosophie.

Le rôle de l'intelligence dans la vie. - Le philosophe et le savant. - Le Physique et le Psychique. - Les relations mutuelles des éléments de nos sensations. - La mé­thode des variations. - L'observation et l'expérimentation. - On trouve dans la vie ordinaire le principe des méthodes scientifiques .

Chapitre II. Étude psychophysiologique.

Sensations et représentations. - Les actes volontaires et l'automatisme.

Chapitre III. - Mémoire, reproduction, association.

Importance biologique de l'association pour les animaux et pour l'homme. - Le principe de simultanéité. - La réflexion.   Comment nous résolvons un problème mathématique. - La mémoire et les amnésies.

Chapitre. IV. - Réflexe, instinct, volonté, moi.

La grenouille acérébrée. - Le géotropisme et l'héliotropisme. - La plante et l'animal. - Le développement de réflexes chez l'enfant. - Le mouvement volontaire est un mouvement réflexe influencé par le souvenir. L'attention. - La volonté et l'aboulie. - Le moi et les maladies de la personnalité.

Chapitre. V. - Le développement de l'individu dans la nature et la société.

La psychologie comparée chez l'animal et chez l'homme - Les différences entre l'homme et l'animal au point de vue psychique sont quantitatives et non qualitatives. - Les progrès de la civilisation. - La lecture et l'écriture. - La Science et l'Art.

Chapitre VI - L'exubérance des idées.

Danger des superstitions. - Le rêve et l'état de veille. - Les idées sur la vie future. - La morale réglées par les relations de la vie présente et basée sur des faits réels.

Chapitre VII. - Vérité et erreur.

Le cours des idées doit s'adapter aussi exactement que possible aux phénomènes de la vie - Les jugements - La vérité et l'erreur ont les mêmes sources psychiques : seul le succès permet de les séparer l'une de l'autre. - La physique du sauvage. - La magie blan­che. - Les erreurs judiciaires.

Chapitre VIII. - Le concept.

Les concepts rudimentaires chez l'animal. - Les con­cepts chez les hommes de différentes professions. - L'abstraction. - Rôle de l'abstraction dans la science. - Le principe de l'inertie. - La dispersion de la lu­mière. - Les Idées de Stallo.

Chapitre IX. - Sensation, intuition, imagination.

Sensations et concepts. - Les organes des sens - L'in­tuition : type visuel et type auditif. - L'imagination - L'imagination de l'enfant. - L'imagination du savant. - Les hallucinations. - L'imagination de l'artiste.

Chapitre X. - Adaptation des pensées aux faits et des pensées entre elles.

L'observation et la théorie. - Les sophistes. - La sco­lastique. - Les problèmes du Thaumaturgus mathematicus. Le principe de l'inertie. - La mécanique de Newton. - Les théories de la chaleur. - L'arrange­ment économique des pensées

Chapitre XI. - L'expérimentation mentale.

Condition préalable de l'expérimentation physique, l'expérimentation mentale n'est possible que pour celui qui a déjà acquis de l'expérience. - Comme l'expérimen­tation physique, elle recourt à la méthode des varia­tions, - Dans certains cas, elle peut être décisive à elle seule. - Le rôle des paradoxes. - L'expérimenta­tion mentale en mathématiques

Chapitre XII. - L'expérimentation physique et ses guides.

La relation quantitative est un cas particulier plus simple de la relation qualitative. - La méthode de la somma­tion des effets. - La méthode de compensation. - Les méthodes de zéro. - Les expériences collectives. - Les phénomènes inverses.

Chapitre XIII. La similitude et l'analogie, motifs directeurs de la recherche scientifique.

La similitude est une identité partielle; l'analogie, une similitude d'ordre abstrait. - Le principe de continuité. - L'analogie en Mathématiques et en Physique. - Les idées de Maxwell.

Chapitre XIV. - L'hypothèse.

L'hypothèse à l'état rudimentaire chez l'animal et chez l'homme doit être rapproché de l'hypothèse scientifique. - L'hypothèse en Mathématiques. - L'hypothèse en Physique. - L'hypothèse chez Newton. - Les hypothèses en Optique.

Chapitre XV. - Le problème.

Le problème naît du désaccord entre les pensées et les faits ou du désaccord des pensées entre elles. - La méthode synthétique, la méthode analytique et la méthode de la réduction à l'absurde. - Il y a grand avantage à écarter certains problèmes. - L'impossibilité du mouvement perpétuel.

Chapitre XVI. - La relation de cause à effet et la notion de fonction.

La relation de cause à effet est superficielle et incomplète; elle manque de précision. - Il convient de la remplacer par la notion de fonction. - Déterminisme et indéterminisme.

Chapitre XVII- Exemples de recherches dans les sciences.

Le développement de l'Astronomie. - Les phénomènes électriques et magnétiques. -L'ozone. - La découverte de Daguerre. - Le géotropisme des plantes. - La génération spontanée. - La solidarité des sciences.

Chapitre XVIII. Psychologie de la déduction et de l'induction.

Le syllogisme et l'induction n'augmentent pas nos connaissances : ils ne peuvent que les mettre en ordre. -L'induction complète et l'induction incomplète. - Le nom des sciences inductives. - C'est pas l'observation que nos connaissances s'étendent.

Chapitre XIX Nombre et Mesure.

Les avantages de la recherche quantitative. - Les besoins biologiques conduisent au concept de nombre. - Le principe de classement. - Les nombres entiers positifs et négatifs. - Les imaginaires. - L'égalité de deux gran­deurs physiques. - La mesure. - En physique, il faut toujours s'assurer que la juxtaposition de grandeurs de même espèce correspond à une addition réelle.

Chapitre XX. - L'espace physiologique et l'espace géométrique.

L'espace euclidien est isotrope et homogène, tandis que l'espace visuel et l'espace tactile sont anisotropes et non homogènes. - Nous ne rencontrons dans l'organisme la notion d'espace que là où elle nous est biologiquement utile. - L'impression sensorielle et l'impression orga­nique. - Pourquoi nous ne sommes pas choqués par les divergences entre l'espace géométrique et l'espace physiologique.

Chapitre XXI. Le temps physiologique et le temps physique.

Le rôle biologique de la sensation de temps. - Il y a dans l'impression organique une partie qui dépend du temps et une partie qui en est indépendante. - Les phéno­mènes de la vie présentent un caractère de périodicité qui n'a rien de surprenant si la vie est un équilibre dyna­mique entre l'assimilation et la désassimilation. - Oscil­lations de l'attention. - La mesure du temps en Phy­sique.

Chapitre XXII. - Le temps et l'espace en physique.

Les relations physiques immédiates les plus simples s'ex­priment par des rapports de temps. - Les relations physiques indirectes s'expriment par des rapports d'es­pace - L'évolution des idées sur le vide.

Chapitre XXIII. - Sens et valeur des lois scientifiques.

Les lois scientifiques sont des restrictions que nous pres­crivons à notre attente des phénomènes. - La simplicité des lois naturelles. - La détermination univoque. - Le rôle de la Science dans la civilisation.